Portrait d’homme : Jacques Higelin

Jacques HIGELIN,
le poète hirsute, l’artiste hors normes, l’homme au cœur fraternel,
a rejoint le ciel…

 

Lorsqu’un grand artiste nous quitte et que les événements autour de son départ me touchent ou m’interpellent, j’aime monter le Référentiel de Naissance de son incarnation qui s’achève. Une façon personnelle d’intégrer l’information émotionnelle de son départ. Une façon également de retrouver dans les arcanes présents de quoi éclairer ma lanterne (Hermite quand tu nous tiens !) et étoffer ma conscience tant sur le genre humain que sur l’expression des lames de Tarot en chaque être incarné. Comme des livres ouverts que le vivant propose pour rencontrer les miroirs nécessaires à l’évolution de chacun.

Alors quand la nouvelle de la mort de Jacques Higelin est tombée, je me suis demandée quelles étaient les lames de Tarot complices potentielles de son existence, surtout de son énergie poétique, farouche, audacieuse et  enchantante, qu’il distribuait avec tant d’amour et de fougue. Celui qui répétait « je ne vis pas ma vie, je la rêve », à moins que ce soit les médias qui répètent inlassablement aujourd’hui ce titre du livre qu’il a co-écrit, avait-il un lien avec l’archétype de La Lune par exemple ?
L’année 2018, guidée par cette 18e lame du Tarot (cf. Exaltation de XVIII) voit-elle disparaître un de ses fidèles représentants ?

BINGO… S’il est mort en avril 2018, Jacques Higelin est né le 18 octobre 1940 ! 🙂

Portrait Tarot de Jacques Higelin
Référentiel de Naissance de Jacques Higelin

La Lune comme force d’extraversion (Maison 1)

La maison 1 de son thème égale à son jour de naissance est donc habitée par La Lune !
A travers lui, c’est un peu d’elle que nous rencontrons…

Il était en effet pour nous un support de projections de la Lune en l’homme.
Rien de si étonnant alors, de son vivant déjà, mais encore plus aujourd’hui, que les journalistes et les fans qui parlent de lui évoquent avant tout un poète, un « tête en l’air », un rêveur, un fou, qui émerveillait le monde. Certains parlent même de son air lunaire ou vont jusqu’à le baptiser « Le Pierrot de La Lune » du showbiz français !
Bien sûr, il est perçu également comme un grand créatif, prolixe et insatiable (plus de 30 albums en 50ans de carrière, multiples concerts et grandes tournées), un peu déjanté, survolté parfois, révolté souvent, généreux tout le temps, tendre et très sensible, fonctionnant de tout son émotionnel… Avec un grand cœur et une liberté assumée (mais d’autres lames de son thème viennent s’associer à La Lune pour faire de lui cet homme de cœur).

Des proches de Jacques Higelin témoignent aussi plus discrètement de l’être tourmenté, instable, imprévisible, mélancolique, habité par un talent rare et difficile, qu’il était. Ce messager du ciel qui fouille dans la nuit, ce génie meurtri de ne pas rencontrer son Dieu alors qu’il en est béni, ce rayon lumineux qui perce le brouillard à l’intérieur de l’être.

De ses dires à lui, et très fier d’avoir transmis ce virus à ses enfants, il était un homme qui adorait depuis l’adolescence partir en voyage imaginaire grâce à l’écoute de la musique, de tout son corps et de toute son âme, allongé au sol, les yeux fermés. Alors, il partait dans un autre pays, découvrait des gens et profitait d’ambiances, qui lui apparaissaient clairement.

Amoureux des mots qui relayent les belles pensées, il confiait : « L’inspiration me vient souvent à l’aube, l’inconscient se met en mouvement malgré moi, il est bouillant. Il faut la grâce, l’instant magique. Il faut trouver les mots qui groovent : les mots, c’est de la musique, ça chante ou ça ne chante pas, ça décolle ou ça plonge». Les premiers mots qu’il a mis en chanson étaient des poèmes de Boris Vian et l’extrait de cet album qui a lancé alors sa carrière en 1966 par un grand succès avait pour titre : « Je rêve » !
Une autre grande source d’inspiration a été pour lui celui qui a bercé sa jeunesse de swing : Charles Trenet, dont il est le digne héritier, tout aussi déjanté et lunaire. D’ailleurs lorsqu’il connaît une période de déconvenue dans sa carrière à la fin des années 90, remercié par sa maison de disque après deux albums sans grand succès, il s’appuie sur cette complicité musicale poétique et décide de revisiter le répertoire de cet autre « Fou Chantant ». Il crée alors son spectacle « Higelin enchante Trenet » qui lui permettra une véritable renaissance, l’aidant à faire le tri dans ses idées et retrouver l’envie autant que le succès. Clin d’œil tarologique : Charles Trenet, né le 18 mai 1913, a aussi l’arcane de La Lune en maison 1. 🙂

Autre synchronicité du calendrier ou hasard rondement bien mené, 1966, l’année de sa révélation au public, est également l’année où Jacques Higelin est devenu père pour la première fois, d’un fils, Arthur. Derrière La Lune du Tarot de Marseille se cache aussi parfois L’Empereur, lien subtil et sacré à la paternité. Mais pas que.

Libre en toutes circonstances, loufoque sur les bords, dans ses chansons et spectacles, il proposait un monde plein d’images et plein d’énergies débordantes. La lame (ou la flamme) de l’Empereur est aussi présente dans la Maison 7 de ses défis, challenges à relever grâce à La Roue de Fortune dans la Maison 6 de ses ressources. D’après ce qu’il a donné à observer et à vivre de sa carrière, sa façon à lui d’actionner ce levier et de tourner sa vie à son avantage était de sortir des normes, des routines et de se réinventer tous les jours, dans sa vie comme sur scène. « J’aime ce qui n’est pas cadré, pas prévu à l’avance » communiquait-il.

Ses amis du showbiz avouent facilement et avec admiration qu’il avait son genre à lui de spectacle, inclassable, par ses totales improvisations sur scène, tout en sachant toujours, avec la souplesse d’un chat, retomber sur ses pattes.
Ce troubadour tombé du ciel comme un heureux présage…

Le Pendu comme passage obligé (Maison 5)

La maison 5 de son thème est, elle, habitée par Le Pendu.
A travers lui, c’est un peu de lui que nous rencontrons…
Mais lui qui ? Lui Jacques ou lui Le Pendu ? Un homme, la tête à l’envers, une chevelure en bataille, plus équilibriste qu’il n’y parait 🙂 et qui semble tomber du Ciel…

Quand on sait que l’un de ses plus grands succès n’est autre que « Tombé du ciel » !
Lui qui chantait également que le monde marche à l’envers 🙂
Lui qui confiait aimer briser les chaines du conformisme avec ses spectacles.
Lui qui répondait aux journalistes ou confiait que :

  • « Dans la vie je marche constamment sur un fil. A tout moment je risque de tomber, mais sans cela le quotidien serait d’un ennui mortel. C’est pareil sur scène »
  • « Il y a deux façons de faire ce métier. Se réfugier dans le star-système, le show-business, n’être là que pour la gloire, s’entourer de gardes du corps et ne se préoccuper que de sa carrière. Ou aller vers les gens, tenter de trouver les clés pour ouvrir les portes et les fenêtres qui donnent sur la joie de vivre, d’exister. Le rôle d’un artiste, pour moi, c’est d’ensoleiller la vie, de la montrer sous un jour qui donne du courage »
  • « Pour compenser ou écrire, j’ai besoin d’être en mouvement, bouger, m’aérer. Que la vie circule en moi. Alors je peux sentir la musique ou les mots m’envahir. Je suis ailleurs, et en même temps, je suis là, dans une lueur. Je décolle sans me déplacer. J’adore ces moments-là. Je me sens vivant, ultra-vivant ».
  • « Ma vie est un grand terrain d’école buissonnière. Je puise ça et là, au gré de mes rencontres et de ce que la vie offre à mes yeux. »

Des paroles que l’on peut s’entendre souffler par l’archétype présent dans la lame du Pendu, non ?
(Même si d’autres arcanes de son thème viennent s’associer au Pendu pour faire de lui cet homme libre, vivant et instinctif)

Mais par la présence du Pendu dans cette maison, représentante du passage obligé, de la quintessence de sa matrice originelle, rien ne pouvait s’incarner pour lui sans passer par cet archétype de lâcher-prise, d’abandon, d’équilibriste, d’amoureux de la fluidité de la vie, de sacrifice de l’égo et de renversement des codes…
Justement cet homme, ce funambule qui avait trouvé son point d’équilibre, a fait de sa vie un spectacle iconoclaste et poétique. Ses enfants et amis ont fait de son enterrement un grand moment de fantaisie et de liberté joyeuse au Cirque d’Hiver, pour lui rendre un bel hommage à son image authentique et inventer un nouveau rite pour lui.
Ce saltimbanque fier de sa liberté artistique conquise au prix de la justesse avec lui-même…

La Justice en boucle initiatique (mythe de Thémis)

Justesse, Justice…

Comme la lame du Tarot présente par 3 fois dans son Référentiel de Naissance établissant ainsi un aspect spécifique et majeur, appelé « boucle de Thémis » en référence à la figure mythique grecque, Thémis, Déesse de la Justice, de la Loi et de l’Equité. Cet aspect invite le propriétaire de la date de naissance à expérimenter dans sa vie toutes les facettes de l’archétype sur les 3 niveaux (corps, âme, esprit) ; ou autrement formulé : une proposition à vivre la Justice comme une initiation, une quête vissée aux entrailles ! pour rencontrer ou manifester des valeurs comme la Justice, l’Accueil, l’Equilibre, l’Harmonie, la Sagesse, la Bienveillance.

Il est intéressant de faire le rapprochement avec son engagement auprès de causes sociales et politiques pour défendre l’égalité des droits humains et rétablir de la fraternité au sein de l’humanité.
Son combat pour un monde plus juste a pris différentes formes mais il ne l’a jamais quitté. Il a pu se montrer à tour de rôle : tel un militant politicien de gauche animé d’une farouche détermination mais non dépourvu d’humour qui lui a parfois sauvé la mise ; tel un auteur de chansons à textes explicites de ses positions idéalistes ou dénonciateurs d’inégalité ; tel un acteur de générosité désintéressée à offrir la recette de spectacles à des causes sociales comme les sans-papiers ou les sans-domicile fixe; tel un bénévole aux côtés de l’Abbé Pierre pour les mal-logés ; tel un défenseur engagé pour les mariages métissés ; tel un chanteur de concerts humanitaires.

Sa générosité était aussi connue et reconnue de son public comme de ses pairs. Ils témoignent tous de ces masses d’énergie d’amour et de joie que Jacques Higelin donnait sur scène de tout son être et jusqu’à épuisement de son corps. La lame de La Tempérance également présente dans son thème par deux fois et miroir de celle de la Justice, joue probablement son rôle dans l’intempérance tempérée qu’on lui connaissait. Débauche d’énergie communicative avec son public et élans incompressibles de solidarité.
Cet amoureux du don, ce fanatique de la vie, soutien inconditionnel de la fraternité…

*************************************

Sans le savoir, Jacques Higelin s’est raconté à travers des archétypes présents dans son Référentiel de Naissance. En 3 lames de Tarot choisies et quelques lignes qui se veulent non interprétatives, l’exercice de ce portrait rapide n’est ni exhaustif ni complet, juste passionnant, en allant à l’essentiel des informations disponibles pour ce personnage public et en les mettant en relation avec les images du Tarot de Marseille que propose sa date de naissance. Ainsi, grâce à ce qu’il a donné de son art et ce qu’il a partagé de sa vie, nous pouvons rencontrer des miroirs pour notre compréhension personnelle, reconnaître en lui des arcanes pour recevoir des enseignements sur les lames du Tarot et/ou remarquer à quel point nous tissons notre vie à travers elles, chacun et chacune avec les cartes qui sont les nôtres dès notre naissance.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *